Chronique : Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens.

41DYjukAcxL._SX312_BO1,204,203,200_kk

 

 

Bannière "résumé"

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement : 1/ Ils fréquentent le même lycée. 2/ Blue est irrésistible. 3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.) Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Martin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr…

mion avis

Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens est un livre vers lequel je ne me serais peut être pas tournée si mon amie Céline ne me l’avais pas prêté. Et quelle erreur ça aurait été ! J’ai lu ce livre en l’espace de deux petites soirées, autant vous dire donc qu’il n’a pas fait long feu ! 🙂

Dès le début, on entre dans le vif du sujet et ça c’est appréciable ! Un histoire qui ne met pas 50 voire 100 pages avant de se mettre en place parfois ça à du bon. On commence donc directement par prendre connaissance du fameux « chantage » dont Simon est victime et dès ce moment là, je n’ai pas pu m’empêcher de le trouver attendrissant. Il se laisse faire, mais pas vraiment : il ne facilite pas les choses pour son maitre chanteur. C’est alors que se lance toute l’intrigue entre chantage, mensonges et découvertes. Les échanges de mails de Simon & Blue rythme le texte et nous permettent de ne pas nous ennuyer. Le sujet de l’homosexualité a été traité avec brio par l’auteur qui a fait des personnages juste sans entrer dans les caricatures que l’on peut voir parfois. Ces personnages se cherchent, ont peur, veulent en savoir davantage puis rebroussent chemin… Les personnages secondaires ont joués un rôle tout aussi important, de part leurs réactions, dans mon appréciation de l’histoire (surtout le personnage d’Abby que j’ai trouvée adorable). & le coup du Golden qui s’appelle Bieber – comme Justin – j’ai trouvé ça assez drôle ! ^^

Si je devais trouver quelque chose à redire sur ce livre je dirais que j’aurais aimé en savoir plus sur la suite pour le personnage de Martin qui je dois l’avouer m’a fait de la peine ! On sent qu’il est mal dans ses baskets, même si ce n’est pas une raison suffisante pour mal agir. Je ne sais pas, il y a quelque chose qui m’a touché chez lui… J’ai trouvé la fin à peine assez longue dans le sens ou elle survient très peut de temps après la « découverte ». Oui, je suis une fan des fins à rallonge… 🙂 Malheureusement pour moi, j’ai été trop bonne « détective » sur ce coup là et j’ai très vite deviné qui était Blue, bien qu’à un moment l’auteur m’a mis un sérieux doute. J’aurais apprécié ne pas le découvrir si vite, mais l’histoire n’en est pas moins prenante.

En résumé, il s’agit d’une bonne lecture. Je ne la classerais pas dans la catégorie « coup de coeur » mais je vous conseille quand même ce livre, qui change de part le sujet qu’il aborde des lectures habituelles et qui de temps en temps font du bien. Un livre sans prise de tête qui se lit rapidement en compagnie d’un paquet d’Oréo (Si, si, lisez le livre vous comprendrez 😉 ).

4 etoiles

Have a good day !

Banière "Signature Amélie"

 

 

Publicités

4 commentaires sur « Chronique : Moi, Simon 16 ans Homo Sapiens. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s